34e édition • 24 - 30 novembre 2024
FESTIVAL DE CINÉMA DOCUMENTAIRE

Programme 2023 – Hommage au cinéma tchèque

Hommage au cinéma Tchèque

L’association Clermont-Ferrand Massif Central 2028 est à l’initiative de la Saison tchèque. Hommage rendu aux artistes, à la culture de ce pays partenaire pour la candidature de Clermont au titre de Capitale européenne de la Culture.
Dans ce cadre, Traces de Vies propose une découverte du cinéma tchèque. Le cinéma documentaire sera le moyen d’appréhender cette histoire particulière d’un cinéma (fiction, animation, documentaire) marquée, bien sûr, par la chape de plomb soviétique, puis par la croissance d’une nouvelle vague tchèque, radicale et subversive, et enfin par un nouvel essor du cinéma contemporain.

Là, comme dans d’autres pays de l’Est, le tissage de l’histoire du cinéma avec l’Histoire tout court s’avère incontournable et passionnant. Deux films témoignent particulièrement du parcours original de ce cinéma :
Forman vs Forman d’Helena Třeštíková. Elle est née en 1949 à Prague et diplômée de la FAMU. C’est une documentariste de premier plan (plus de 40 films). Deux de ses films sont proposés dans la programmation.
En partenariat avec ARTE, Un conte de fées tchécoslovaque de Christian Paigneau (co-produit par ARTE-GEIE – La Lucarne et la Télévision Tchèque). Après le film, un débat : L’évolution comparée des cinémas d’auteur, rassemblera plusieurs de ces protagonistes pour un état des lieux de la création cinématographique documentaire contemporaine

MARDI 28 NOV – 18 H – BORIS VIAN

En 1993, après la chute du communisme d’Europe de l’Est, l’ancien dissident et célèbre dramaturge Václav Havel est devenu le premier président librement élu de la République tchèque. Les créateurs de Citizen Havel ont suivi l’homme de près pendant des années, lors d’élections, de délibérations de parti, de visites d’État, d’affaires privées.
Chez lui, le dirigeant de la République tchèque est un charmant garçon qui aime la vie, la cigarette et l’alcool occasionnel. Régulièrement et avec humour, il tente d’assouplir ou de contourner les règles du protocole.
Au fil des années, la situation change dans son pays, mais il y a aussi des problèmes dans sa vie personnelle. La République tchèque souffre d’une crise économique et Olga, l’épouse bien-aimée de Havel, décède après une longue maladie. Les jeux de pouvoir se durcissent.
Quelle marge de liberté dans l’exercice d’un tel rôle?

2008 – République tchèque – 120’– vostf – HC – Film & Sociologie / Negativ

Soirée de cloture
VENDREDI 1ER DÉCEMBRE – 20H30 – BORIS VIAN

Honza est né en 1974, dans l’ère sans joie du socialisme en Tchécoslovaquie. À cette époque, ses parents, Jana et Petr, vivaient dans une seule pièce de l’appartement de la mère divorcée de Jana et de sa grand-mère veuve.
Quelques années plus tard, la famille a déménagé de Prague à Liberec, où Petr a trouvé un emploi et une petite maison pour la famille. Lorsque Honza est né, son père a commencé à écrire une chronique familiale pendant trente-sept ans. De l’enfance à l’adolescence, Honza s’affirme et se révolte. Cosmos privé, de façon vivante avec l’appui de ces textes, montre non seulement la vie d’une famille ordinaire, mais aussi comment la société tchèque a changé au cours des quatre dernières décennies.

2012 – République tchèque – 83’– vostf – HC – Aerofilms / Negativ

DIMANCHE 26 NOV – 16 H – BORIS VIAN

De la nouvelle vague tchèque à Hollywood, la vie de ce cinéaste n’est pas un long fleuve tranquille.
En 1959 le régime tchécoslovaque tente de donner un coup d’arrêt à la première vague de libération cinématographique qui émerge dans le pays. Peine perdue, les jeunes cinéastes persistent et signent. Sans doute aidés par les failles du régime, par l’essor de la FAMU (École du Cinéma et de la Télévision) et par les échos venus de l’Occident.
Une partie de la famille de Milós Forman a péri dans les camps. L’orphelinat a été son abri, comme pour d’autres jeunes. Il croisera là Václav Havel. Il rencontrera un metteur en scène lors d’un spectacle et cela décidera de son avenir.
En 1965, avec Les amours d’une blonde, il s’attaque au poids des parents et à l’autoritarisme de la société. Il a le goût de la liberté de ceux à qui on a tenté de poser un bâillon.
Il saura mieux que quiconque rendre l’intensité du présent (en opposition à l’éloge du passé), valoriser la force de personnalités atypiques (et non du collectif). Ainsi d’Amadeus (1984) et du héros de Vol au-dessus d’un nid de coucou (1975).
« Nous étions en opposition avec la réalité du réalisme socialiste ou tout était irréaliste mais pas socialiste. Nous voulions mettre sur l’écran la vérité des comportements. » Interview de Michel Ciment (2009).
Des entretiens avec son fils, Petr Forman, accompagnent un choix pertinent d’extraits et d’images d’archives.

2019 – République Tchèque – vostf – HC – 78′ – Negativ,  Alegria Productions

VENDREDI 1er DÉC – 14 H 30 – BORIS VIAN

Jan Jedlička est né en 1944 à Prague. Il vit et expose aujourd’hui entre Zurich, l’Italie et Prague. Il trouve dans les paysages non seulement son inspiration
mais aussi les matières de son art. À partir de la terre et du minéral, il crée ses propres pigments et en tire une multitude de nuances. La caméra s’attarde sur ses collectes merveilleuses, disposées dans l’alignement des casiers.
Entre Petr Záruba, cinéaste et directeur de la photographie, et le peintre, s’installe un dialogue constant. La rencontre de deux artistes tchèques.

2020 – République Tchèque, Italie – 65 – vostf – HC – Cinepoint

Rencontre FAMU

Dans le cadre de cet hommage au cinéma tchèque, nous recevrons trois représentants de cette école prestigieuse : École du Cinéma et de la Télévision de l’École Nationale Supérieure des Arts de Prague. Les départements – Cinéma et Télévision – de cette école sont réputés depuis longtemps dans le monde entier. Les étudiants viennent des pays voisins bien sûr, mais aussi de France, des États-Unis, d’Argentine, etc.

SÉANCE MERCREDI 29 NOV – 20H30 – SALLE GEORGES CONCHON

Ce film méditatif révèle des paysages urbains et naturels traversés par d’interminables recoins, des canalisations industrielles entremêlant l’environnement tel un serpent Uroboros. Les tuyaux guident l’œil de la caméra à travers de grands champs et des blocs d’appartements, reliant les canoéistes, les enfants en train de jouer et un ruisseau bouillonnant comme témoin.

2022 – République Tchèque – 18′ – vostfr – HC – FAMU

Un corps sans tête rampe sur le sol froid d’un temple vide. A travers les fenêtres en ogive, des rais de lumière viennent heurter des miroirs posés le long des colonnes ou à plat sur le carrelage. Un œil, une main, une jambe s’y reflètent, parties de corps morcelés, éparpillées dans ce lieu étrange.
Les danseurs gisent dans l’inertie, êtres monstrueux dont l’aspect chimérique interroge notre mythologie, provoquant peut-être l’effroi, le dégoût, la fascination sans doute.

2023 – République Tchèque – 5′ – vostfr – FA – FAMU

Anna Kareninová n’est pas russe, mais tchèque. Et ce n’est pas la plume de Tolstoï qui l’intéresse, mais celle de Louis-Ferdinand Céline. Remarquable traductrice du Voyage au bout de la nuit, cette femme dont la vie fut vouée aux écrits des autres, se confronte aujourd’hui au vide laissé par la mort de son mari, le poète Petr Kabeš. Du grain de ses papiers à celui de la pellicule qui la dévoile, le film nous emmène dans les lieux emblématiques de son histoire.

2022 – République tchèque – 41’– vostf – HC – FAMU

Un adolescent résiste aux attentes sociales, dont celles de ses parents, désemparés par ses choix.
De train en train, il voyage sans viser une destination précise. Il grimpe d’un wagon à l’autre, jetant son sac devant lui et s’installant provisoirement. Le paysage défile, l’échappée est belle, elle semble sans fin.

2022 – République tchèque – 27′ – vostf – HC – FAMU

Ce film évoque les liens et les vides entre un parent et son enfant. La réalisatrice redécouvre des lettres que son père lui envoyait lorsqu’il était en prison. Aujourd’hui l’amour qu’il lui portait semble être parti. Elle décide de lui répondre, dans l’espoir de retrouver cette connexion.

2021 – République tchèque, Slovaquie – vostfr – 12′ – HC – 13ka / FAMU / Nutprodukcia

En partenariat avec Arte

Dans le cadre de l’Année du Documentaire 2023, ARTE contribue à de nombreuses initiatives attachées à ce cinéma.
C’est à l’occasion de la thématique 2023 du festival que s’est élaborée, en partenariat, une proposition qui se veut un complément majeur à l’abord du cinéma tchèque.

JEUDI 30 NOV – BORIS VIAN

JEUDI 30 NOV – 18 H – BORIS VIAN

Un conte de fées tchécoslovaque brosse le portrait de ce que son narrateur nomme une « cinématographie abîmée » : l’extraordinaire période créative qu’a représentée la Nouvelle Vague tchécoslovaque, éclairée de l’intérieur par l’étonnante trajectoire d’un homme, Jan Procházka, qui a utilisé sa proximité avec les instances du pouvoir pour produire plusieurs œuvres subversives.
Cet écrivain scénariste est passionné par les inventions cinématographiques des années 1960 en Europe. On suit l’émergence des jeunes cinéastes : Věra Chytilová, Jiři Menzel, Milós Forman. « La cinématographie des années 1960 utilisait souvent l’image à la place de ce qu’elle ne peut dire » nous explique Christian Paigneau. Des pépites de poésie visuelle.

2022 – République Tchèque, France – vostfr – 67′ – HC – Talweg Production / Co-produit par ARTE GEIE – La Lucarne et la Télévision Tchèque

Débat : L'évolution comparée des cinémas d'auteurs

David Čenĕk, Vice-Doyen pour les relations internationales à la FAMU, Christian Paigneau critique de cinéma et réalisateur, Markéta Hodouskova, responsable du festival Czech-in (France), échangeront sur les caractéristiques et les tendances du cinéma tchèque.
Certains aspects se distinguent ou se recoupent avec notre expérience cinématographique française: réalisateurs libres ou empêchés, les nouvelles vagues tchèques et françaises, le documentaire d’auteur en république tchèque aujourd’hui, etc.