33e édition • 26 novembre - 2 décembre 2023
A la découverte du précinéma

A la découverte du précinéma

Lancement du projet
Cinéma et Patrimoine

Atelier de réalisation et d'histoire du cinéma
à l'école de Chaudes-Aigues

Cet été, au collège de Chaudes-Aigues dans le Cantal, Traces de Vies a animé des ateliers d’éducation au patrimoine, dans le cadre de l’édition 2023 de l’opération  C’est mon Patrimoine ! de la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Au travers des archives du département du Cantal et de la commune de Chaudes-Aigues, l’atelier a pour but de faire découvrir le patrimoine cinématographique local aux élèves. Suite à cette découverte, les élèves ont été invités à passer derrière la caméra pour réaliser leurs propres documentaires sur leur commune. Retour en image sur cet atelier de réalisation et d’histoire du cinéma. 

Jour 1 : Présentation du projet aux élèves. Ecriture, repérage et préparation du tournage

La première journée de l’atelier était dédiée à la présentation du projet aux élèves et de ses enjeux : Qu’est ce qu’un patrimoine ? Quel est celui de Chaudes-Aigues ? Quel est le patrimoine du cinéma ? 

Dès le premier jour, les élèves doivent envisager le déroulement du tournage de leur futur film. Quelles idées vont-ils transmettre ? Que filmer, où et comment? 

Pour aider leur recherche, ils sont invités à se renseigner sur les archives existantes du patrimoine cinématographique du Cantal.

Jour 2 : Enquête aux archives départementales du Cantal 

Pendant la deuxième journée, les élèves ont visité le bureau des archives départementales du Cantal situé à Aurillac. Ils ont pu découvrir les missions des archives audiovisuelles et du fond général. Dans le cadre de la réalisation de leur documentaire, ils ont été invités à visionner des films sur les sources chaudes historiques de la commune de Chaudes-Aigues, mais aussi des iconographies sur les sources (affiches, cartes postales…).

Jour 3 : Intervention de Roger Gonin, fondateur de l’association Les Colporteurs de la Lanterne Magique. 

A l’occasion de la troisième journée, Roger Gonin, fondateur de l’association Les Colporteurs de la Lanterne Magique, a mené une animation autour de l’évolution de l’image animée. Son association vise à préserver le patrimoine des lanternes magiques, ces objets permettant de projeter des images sur des plaques de verre, souvent considérés comme les ancêtres du cinéma. Comment filmait-on avant le numérique ? Sur quel supports (pellicule, format) ? Comment et quand a-t-on commencé à projeter des images ? Grâce à cette présentation, Roger Gonin a pu répondre à toutes ces questions.

La présentation a été accompagnée d’un atelier de construction d’un phénakistiscope, un appareil créant une illusion d’optique simulant le mouvement.

Enfin, la journée s’est terminée par la réalisation de quelques prises de vues de lanternes magiques pour raconter des histoires courtes.

La suite en octobre

L’atelier A la découverte du précinéma se poursuivra et se terminera du 23 au 25 octobre, date à laquelle les élèves termineront la réalisation de leurs documentaires. Alors rendez-vous en octobre !

Le projet cinéma et patrimoine est soutenu par :