L’HISTOIRE DE TRACES DE VIES

Le festival Traces de Vies est né en 1991 de l’initiative d’un centre de formation au travail social et éducatif, l’UFTS, alors très attaché aux valeurs de l’éducation populaire et aux références structuralistes dans ses enseignements de philosophie, de sciences humaines et sociales. Sensible au rayonnement du festival Cinéma du Réel, inspiré par l’éthnocinéaste Jean Rouch et fondé avec Joris Ivens, l’école adopte naturellement un projet de festival de cinéma documentaire. La définition en fut alors plutôt anthropologique : un festival visant à rassembler des documentaires sur des faits humains et de société. Écartant d’emblée l’idée de se spécialiser pour un public averti ou spécialisé, le festival est porté par une volonté d’adresser à un très large public la découverte du cinéma documentaire.

Le festival s’est construit grâce à ce lieu de formation et avec l’appui crucial d’un groupe de bénévoles, passionnés par le documentaire et issus des champs de l’image, de la culture et de l’enseignement. En 2010, ce groupe devient l’association des Amis de Traces de Vies (ATDV).

Précédemment, en 2006, l’école fondatrice du festival intégre un Institut auvergnat de formation, l’ITSRA (Institut du Travail Social de la Région Auvergne). En 2017, l’ITSRA manifeste son souhait de ne plus porter le festival.
En 2018, l’association des Amis de Traces de Vies reprend à son compte l’ensemble des activités avec l’appui solidaire de toutes les collectivités. Une équipe salariée est reconstituée, et l’association des Amis de Traces de Vies assure la gestion et l’organisation du festival.

Traces de Vies s’est ouvert assez rapidement à la totalité du champ documentaire de création, à la grande diversité des styles et des écritures, aux recherches contemporaines et internationales. Parmi les quatre sections de la compétition, une seule, intitulée « Un juste regard social » maintient encore aujourd’hui le fil historique de l’origine sociale de la manifestation.

Le festival, conventionné depuis 2008 par le CNC, développe l’accueil des professionnels et la rencontre des cinéastes avec le public. Toutefois, le festival reste toujours adressé à un très large public : découvreurs ou fidèles du documentaire, étudiants aux cursus très divers, publics associatifs, scolaires. Ce public large est une construction historique, une caractéristique, un choix de Traces de Vies.

Aujourd’hui, le festival présente chaque année un état du cinéma documentaire de création : son mouvement, ses questionnements, les recherches formelles et l’évolution de sa réflexion professionnelle.

Traces de Vies veille aussi, par le biais de ses actions culturelles, à permettre aux films d’être vus dans une durée et un espace de diffusion larges, au-delà des lieux de projection classique et auprès de publics très diversifiés.

Le festival Traces de Vies ainsi que les diverses actions culturelles rassemblent chaque année un public d’environ 10 000 spectateurs.